SAINT GERMAIN PRÈS HERMENT- Auvergne - Puy De Dôme


ACCUEILPOPULATIONPAROISSEDOLMEN ECOLE N'HISTUERO !PHOTOSINFOS  PRATIQUESETANGS


GENEALOGIE 
les relevés BMS - les registres - les naissances - les mariages - les deuils - les patronymes

   ' St Germain sous Herment '  sur la carte de Cassini (18e siècle)   


 Ressources & relevés généalogiques des communes de

Giat , Herment , Sauvagnat-près-Herment ,
St Germain-Près-Herment , Prondines
                  
Tortebesse, Verneugheol et Voingt 

relevés systématiques des registres BMS & NMD à partir de 1669   
bases de recherches de 1669 à 1902
livres & sites étudiant la généalogie de ces communes
généalogie dans les autres communes relevées du Puy-de-Dôme
  
patronymes étudiés

PUBLICATIONS  : Généalogie complète des familles de la région d'Herment et de Giat avant 1850 :
Chevalier,    Fillias,    Gaillard,    Gaillot,    Legoy,   Mounaud,    Sertillange,    Terrade  et  Ussel 
Nouveau :  Les VERNY
  

 


  GENEALOGIE INSOLITE 
TOUTE LA VIE DE NOS ANCÊTRES  !!

les ACTES INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL

Histoire  & Traditions                               
Faits divers & Anecdotes
           Incendies & Epidémies
                       Croyances & Religions
           
                            
illustré de cartes postales anciennes 


L'ALBUM PHOTOS DES METIERS ANCIENS     
Les pratiques anciennes de métiers traditionnels présentées lors de la fête du pain et du bois : les moissons , le travail du bois et des scieurs de long et le travail du forgeron 
 

Les registres de St Germain-près-Herment
 

L'ordonnance de Villers-Cotterets signée par François Ier en Août 1539 est à l'origine de notre état-civil : la tenue des registres de baptêmes devient obligatoire et les actes légaux et notariés seront désormais rédigés en français et non plus en latin. 


    
 page de registre de St Germain-près-Herment 1604   (cliquer pour agrandir)

          page de registre de St Germain-près-Herment 1632



Aux archives départementales du Puy de Dôme

Les registres paroissiaux de la commune de St Germain-près-Herment couvrent la période 1696 - 1792 . On trouve cependant quelques actes d'état civil en 1613-14 puis en 1632-33.
Certaines années manquent : 1717 à 1720 ou 1728 à 1736 par exemple.
Les registres communaux débutent en 1796 (an V).

A la mairie de St Germain-près-Herment
La mairie dispose des registres suivants :
Naissances et Mariages : de 1740 à 1792 puis de 1795 à nos jours
Décès : de 1748 à 1792 puis de 1795 à nos jours .
 
De plus , depuis le Concordat , la commune de St Germain-près-Herment est rattachée à celle d'Herment , sans compter avec les liens toujours importants entretenus avec les communes de Lastic, de Verneugheol  et de Sauvagnat  pour les questions religieuses.Ainsi, on trouvera des actes des familles de St germain-près-Herment dans les registres de ces communes .
Le lieu-dit de Montelbrut appartenait jusqu'au début du 19e siècle à la commune de la Roche-près-Feyt (Corrèze) où l'on cherchera donc les ancêtres de certaines familles de St Germain-près-Herment.
 

Anecdote
Le 25 avril 1820,un terrible incendie se déclara à Herment provoquant de graves dégâts et des victimes.
Dans les registres d'Herment, on notera le décès survenu lors de cet incendie de 2 personnes âgées et de 2 jeunes enfants. 
Un rapport de la commune mentionne que les registres d'état civil communaux de 1793 à 1820, ainsi que d'autres papiers officiels de St Germain-près-Herment ont été détruits lors de cet  incendie à Herment où ils étaient conservés à la mairie.
Or ,ces registres ont été retrouvés en 2010, lors du déménagement de la mairie d'Herment, et rendus à la mairie de St Germain-près-Herment.


" (...) un feu de cheminée poussé par un vent impétueux ayant tout d'un coup répandu sur la ville d'Herment les flammes des débris embrasés d'une maison , l'incendie devint général et les habitants eurent à peine le temps de s'échapper. (...)

extrait des comptes rendus des réunions du conseil municipal de St Germain-près Herment

 

  les naissances

L'analyse des registres au fil des siècles nous renseigne sur la vie familiale des habitants de St Germain.
On comptait en moyenne 7 naissances par an .
Chaque couple avait en moyenne 5 enfants. Les familles avec 8 ou 10 enfants n'étaient pas rares, surtout durant la deuxième moitié du 18ème :
9 familles inscriront dans les registres  8 naissances ou plus!.   
Le record sera de 11 enfants pour le couple Marien Solignat - Marie Terrade  entre 1769 et 1788.
Sur les 1002 naissances enregistrées entre 1696 et 1855 , 86 enfants décèdent avant l'âge de 1an (environ 9%) et 56 meurent  entre 1 et 6 ans
(environ 6%).
Les prénoms les plus fréquents sont Marie (13,5%) puis Anne (5,6%) pour les filles et Jean (11,6%) puis Antoine (7,1%) pour les garçons.
Il était habituel de donner à un nouveau né le prénom d'un enfant de la famille décédé peu de temps auparavant . Mais plusieurs enfants d'un même couple pouvaient porter le même prénom ; on parlait alors de 'Jean l'aîné' ou de 'Jean le jeune'  par exemple. Ainsi , le couple François Sertillange et Anne Courtadon eut 6 enfants , de 1841 à 1853 : 4 filles prénommées Marie , et 2 garçons appelés Jean .

 

les mariages

Comme dans beaucoup de communes auvergnates, les mariages se déroulaient la plupart du temps en février. Le curé célébrait fréquemment plusieurs mariages en même temps comme au 15 février 1774 qui connut 3 mariages ou bien le 27 février 1784 avec 4  mariages.
Une croyance voulait alors que la première des mariées qui sortira de l'église engendrera des garçons et que les autres n'auront que des filles.
Pour anecdote, citons  Etienne Sertillange qui s'est marié 5 fois :
~1798 ,1811 ,1813 ,1817 ,1830  et aura eu 11 enfants .


les deuils

L'âge moyen de décès était de 42 ans, avec des années plus néfastes que d'autres, permettant de supposer la présence d'épidémies ou de conditions difficiles.
En 1767 on compte 15 décès dont 12 enfants; en 1772, on en compte 13 dont 12 adultes. (la moyenne étant de 5 ou 6 décès par an).
La doyenne Anne Solignat , veuve de Ligier Legoix a
~100 ans quand elle meurt en 1750.

les patronymes

Jadis, parmi une population rurale telle que celle de St Germain, peu d'habitants savaient écrire leur nom.
De plus, l'orthographe officielle des noms faisant son apparition seulement en 1872, la façon d'écrire les patronymes variait beaucoup selon le curé ou le maire de l'époque.
Il semblerait même que l'humeur du moment influait puisque le même curé, en parlant de la même famille, pouvait écrire le nom de plusieurs façons!
Quand en plus se mêlent les originalités de calligraphie utilisées par les uns et les autres, on comprend que les patronymes aient pu être déformés au cours des siècles.
Cependant, vous trouverez en parcourant les ressources généalogiques de ce site , les patronymes rencontrés
à St Germain-près-Herment et dans les communes voisines .
Écrire toutes les orthographes utilisées dans les registres  aurait été fastidieux mais notons que les variations étaient très nombreuses.
Par exemple Solignat s'écrit aussi Solliniat, Soligniat, Solignac, Solligniac, ...
Veisseire se rencontre aussi sous les formes Veyseyre, Veyssiere, Veisiere, ...

Vers 1600, nous trouvons dans les registres les patronymes suivants :
Bony à La Prébière , Boudonat , Bouyon, Eyraud, Gaillard , Gandhille, Laudey, Lebland, Legoy à Farges , Merle , Peyriere , Vacher à Villedemange,

Vers 1632 existent aussi des Auroux, Bastu , Besse , Brunet , Faure , Garmazy, Levadoux , Mallet , Menudel, Monneyron , Rauche , Souchaud , Soulignat , Villebouney , Veysel

haut de page